Pour gagner l’Eurovision, mieux vaut parler d’amour et surveiller les paris

De l’amour, de l’amour et encore de l’amour. La recette pour gagner l’Eurovision pourrait sembler simpliste à première vue… Mais elle est bien plus compliquée. Les vues Youtube et les paris en ligne peuvent aider à mesurer la popularité des concurrents, avant la grande finale de ce samedi 13 mai à Kiev, en Ukraine. 

« Love, love, peace, peace » : voici le titre idéal d’un tube pour l’Eurovision, tel que l’imaginaient avec humour les présentateurs de l’édition 2016. Il faut visualiser le tout, saupoudré de chorégraphies et d’effets de lumière du plus bel effet pour susciter les votes. Décrocher des « twelve points ». Et remporter la compétition musicale européenne.

De l’amour comme s’il en pleuvait à l’Eurovision

Les deux présentateurs suédois ont raison sur un point. Love, Amour, Liebe, Amore, Amor… Il faut que ça dégouline. Le nuage de mots ci-dessous, constitué par les titres vainqueurs de l’Eurovision depuis 1956, est sans appel. Il faut chanter avec son coeur. En revanche, pour la Paix, on repassera. Signalons que l’Europe est mentionnée 8 fois, par Toto Cutugno qui invitait les Européens à « s’unir » et à être « ensemble », en 1990. Voilà voilà…

Pour gagner l'Eurovision, il faut chanter une chanson d'amour... Enfin a priori...
Pour gagner l’Eurovision, il faut chanter une chanson d’amour… Enfin a priori…

A priori, la représentante française de l’année, Alma, a compris ce précepte… Mais avoir un texte love-love ne suffit pas. Encore faut-il porter ce message aux Européens pour qu’ils votent. Et au jury national de chaque pays participant, qui distribue ses points avant même la grande finale en live depuis la réforme de son système de vote. Il faut faire entendre la chanson en amont, montrer le visage des interprètes avant cette grand-messe continentale suivie jusqu’en Australie et aux Etats-Unis (si si). Cette popularité se construit, se cultive dans les mois et les semaines qui précèdent, avec des concerts et sur Internet.

Youtube vote pour la Suède et le Portugal

Je me suis donc demandé si les vues Youtube de chacun des clips proposés par la chaîne de l’Eurovision pouvaient refléter cette opération séduction, sur un mois. Après avoir aspiré les vues des 44 chansons régulièrement avec Outwit, j’ai exclu les candidats éliminés en demi-finales les 9 et 11 mai. Voici donc les scores et les tendances.


Alors qui l’emporte: le lièvre portugais ou la tortue suédoise? La France se hissera-t-elle bien dans le top 10 voire le top 5, comme le laisse espérer cette étude sur Youtube? Jusqu’au début de la semaine, j’avoue que ma moisson me décevait, aucune tendance ne se dessinait. Mais c’était sans compter sur le Portugais Salvador Sobral qui, sur la dernière ligne droite, vient chatouiller le grand favori, l’Italien Francesco Gabbani dans les paris en ligne.

Les parieurs hésitent entre l’Italie et le Portugal

Car oui, l’Italie mène cette autre course… La popularité préexistante au show que j’ai essayé de mesurer n’est qu’un ingrédient. Les paris en ligne en sont un autre. Et je l’ai malheureusement négligé. Mea culpa. Pourtant, scraper le site oddschecker.com aurait été possible. J’aurais pu m’initier à la lecture des cotes! Je peux juste vous affirmer que les parieurs ont misé sur l’Italie depuis des semaines. Et que le Portugal vient la coiffer au poteau, à un jour de la finale!

D’autres critères peuvent entrer en ligne de compte, mais je ne voudrais pas vous perdre! Le site ESCstats, par exemple, cumule les paris en ligne, la popularité préexistante, l’historique des points glanés en 2004-2016, le vote des jury nationaux (opéré lors des répétitions du spectacle et déjà enregistré) et le show en lui-même. Chaque ingrédient pèse 20% dans la note finale. On secoue le shaker et le cocktail obtenu s’est révélé assez proche du résultat final depuis 2013. Une exception en 2014: le cas Conchita Wurst a bien été perçu, mais sous-estimé.

A noter qu’en 2015 et 2016, le site avait le tiercé gagnant dans le désordre. Cette année, cela se jouerait donc entre l’Italie, la Suède et la Bulgarie (3e dans le coeur des parieurs), si l’on en croit leur data-boule de cristal. La surprise viendra-t-elle du jeune Bulgare Kristian Kostov, premier concurrent né après le 1er janvier 2000 à chanter à l’Eurovision? Réponse vers minuit cette nuit.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

faad6f3e6782c2c44c45e768771ec44bD